A la périphérie (Fringe)

Joli tremplin E. qui va me permettre de pondre mon article sur une nouvelle série.

On prend les mêmes et on recommence, serait le leitmotiv de JJ abrams qui après alias, lost, s’implique à nouveau avec sa bande de joyeux lurons dans un projet pour le petit écran.

Le synopsis, allez je vous le livre brut : « Quand un vol international arrive à l’aéroport de Boston et que les passagers et l’équipage sont retrouvés morts, l’agent du FBI Olivia Dunham se voit confier l’enquête. Lorsque son partenaire est assassiné, elle trouve une aide inattendue auprès du Dr Walter Bishop, un scientifique brillant mais fou, et de son fils, Peter. Ils ne tardent pas à découvrir que le drame du vol 627 n’est qu’une infime partie d’une bien plus grande et choquante vérité… »

Franchement on a envie de rigoler face à cette petite histoire sortie tout droit d’un mauvais film porno. Mais non le projet est sérieux et pour vous en faire apprécier la substance on vous balance au goutte à goutte des images mystérieuses, tantôt une grenouille, tantôt une feuille avec un signe… Apparemment la redondance est une technique intarissable utilisée par JJ production pour fidéliser d’ores et déjà les futurs télespectateurs. Et y en a pour tout le monde puisque mêmes les plus réfractaires ont le droit à leurs messages codés lorsqu’ils allument la radio le matin en allant travailler. En terme de propagande on a pas vu mieux depuis 39-45 !
Pour achever le travail on placarde en gros le nom du producteur sur les affiches pour homologuer la marque « mystère= succès » un peu comme nike vous balance sa virgule sur un bout de tissu pour justifier un tee-shirt à 30 euros.
Et le pire c’est que l’on peut parier sur un succès parce qu’au final les gens n’ont plus le choix devant autant de tabassage médiatique, que faire sinon essayer de percer le mystère, de comprendre les codes qui nous sont jetés à la gueule, de s’impliquer dans cette histoire qui ne peut se dérouler sans nous, spectateurs.
Et c’est ca la véritable force de JJ production, c’est d’impliquer les couillons que nous sommes dans des contines télévisuelles.
Et c’est pas fini, la suite au prochain épisode…

Mikado

2 Réponses to “A la périphérie (Fringe)”

  1. elgaman Says:

    ça a l’air pas mil. Je savais pas qu’ils faisaient une campagne de pub aussi vaste! A noter qu’Abrams ne produit pas, il est le créateur de la série mais c’est la Warner/Bad Robot qui est à la production.

  2. Comarin Says:

    J’avais pas non plus subit la campagne marketing mais je viens de mater un peu par hazard les 8 premiers épisodes de Fringe et franchement ça se laisse mater. C’est parfois suffisamment trashos pour être rigolo et les acteurs sans être sensasionnels sont plutôt pas mauvais.

    J’vous la conseille personnellement, pas en priorité mais si vous avez rien à mater ça fera l’affaire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :