SYRIANA

Un des rôles clés de Georges Clooney (coproducteur). Barbu et à la panne généreuse (a pris 15 kg pour l’occasion), il réussit ici à bluffer son public (Oscar meilleur second rôle en 2006). Il a d’ailleurs du subir une opération de la colonne vertébrale suite mauvaise chute sur le dos. Matt Damon quant à lui reste dans ce qu’il sait faire de mieux : jeune premier de classe crédible et rasé de près (expert en ressources énergétiques (!)).

Inspiré de l’œuvre de Robert Baer (See No Evil), Syriana nous offre une construction scénaristique complexe qui pourrait s’apparenter à celle de Traffic (on ne s’en étonnera pas vu que le réalisateur Stephen Gaghan n’est autre que le scénariste de Traffic). Pour en faire un résumé rapide mais nécessairement fouillé : le Prince Nasir initialement désigné héritier au trône d’un émirat arabe est à l’origine de l’autorisation donnée aux chinois de venir forer le pétrole sur leur territoire (au détriment des américains Connex Oil). Cette société chinoise Killen est rachetée par Connex, fusion qui attirera l’attention du ministère de justice de Washington. Barnes (George) se voit alors confier une ultime mission à la CIA : éliminer Nasir, encombrant au deal américain. Au milieu Matt Damon se retrouve intiment lié avec Nasir (suite accident exceptionnel). Et parallèlement (et oui du scénario multi-personnages pour 1 destin aux finalités communes) un pakistanais viré de la Connex qui terminera ancré dans les armes de la religion extrémiste.

Un des rares films où je vous conseille vivement de lire le synopsis avant son visionnage. Sinon, vous risquez rapidement de décrocher et de vouloir même arrêter tant vous êtes noyés dans un flow incessant de dialogues techniques et un méli-mélo initiatique plutôt maladroit, déconcertant et ésotérique.

Mais si vous réussissez à franchir le pas, effectivement vous vous apercevrez de la richesse du film et de la réussite artistique. C’est fin. Une belle fresque magistralement et progressivement dépecée avec talent – même si un peu trop manichéenne. Politique mais toujours adroit dans le message. C’a en fut certainement plus efficace.

A découvrir 2 fois plutôt qu’une demi.

Plus d’infos sur ce film

C.

5 Réponses to “SYRIANA”

  1. E. Says:

    J’ai vu Syriana sans lire le résumé avant…et, comme tu dis, je l’ai trop mal vécu… Une mise en scène inutilement obscure pour un scénario complexe à lui tout seul… Dommage, sans ça le plaisir aurait vraiment été partagé!

  2. mikado Says:

    Et bien moi j’étais sincèrement pas chaud à franchir le pas mais avec ces petites explications je me ravise !

  3. Bénédicte Says:

    oh, là, là, ça a l’air trop compliqué pour moi…
    Mais merci pour la critique très claire. Pas comme le film !

  4. C. Says:

    oui tente le coup Mikado et tu me donneras ton feeling après avoir eu une idée des différents pouvoirs en place. Ca m’intéresse de savoir.

  5. Anonymous Says:

    Idem pour moi, j’ai vu le film sans étudier le synopsis, et je me suis retrouvée dans une véritable torture intellectuelle pour essayer de me rappeler à chaque nouveau dialogue de ce qui s’était passé deux minutes avant….
    On s’épuise vite, mais on s’accroche quand même!
    A voir, donc, plûtot deux fois qu’une…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :