Le Champ de l’arc-en-ciel

Après le cultissime Solanin, Inio Asano poursuit son Oeuvre poético-dramatique dans Le Champ de l’arc-en-ciel. Pour avoir lu chacun de ses mangas publiés en France (Un monde formidable, le Quartier de la lumière et les deux derniers déjà cités), je pense pouvoir affirmer que ce dernier opus est le plus sombre (en témoigne la couverture), mais aussi le plus compliqué.

Le style graphique, tout d’abord, est d’une rigueur, d’une perfection, d’une beauté, d’une régularité (…) à couper le souffle. Mais dès lors que vous lisez Inio , vous pouvez le prendre comme acquis. Je m’entête à dire qu’il est sans doute un des plus brillants dessinateurs au monde.
Profitons néanmoins de l’aspect formel du manga en émettant immédiatement un petit bémol: l’édition. Panini Comics a sauté sur l’occasion de la reconnaissance d’un nouveau talent (qu’il découvre rarement à l’image de N.Urusawa) pour dégager une bonne marge sur l’oeuvre. D’aspect extérieur correct avec une édition de grand format, l’impression se révèle être de moindre qualité (rien à voir avec les éditions Made In). Cette dernière est en effet réalisée sur du papier très fin, rugueux au touché comme mal recyclé. On regrette donc que l’éditeur ne quitte jamais ses directives des yeux: du profit, du profit, encore du profit (et donc limiter les coûts d’édition)…
Attachons-nous maintenant au fond du scénario. Celui-ci apparaît au fil de la lecture très opaque et complexe. Mais toujours emprunt de poésie qui allège cette grosse machine qu’est le scénario.

L’histoire est particulièrement violente. Mais ce n’est pas ce qui fait l’essentiel de la « machine ». Inio Asano a souhaité s’essayer à l’art des sauts dans le temps. Tantôt dans le futur, tantôt dans le passé, il suit plusieurs personnages sur plusieurs années de façon anarchique. Le lecteur se perd souvent ne sachant plus qui est qui ; qui et quand. Ce qui est un véritable obstacle à la bonne compréhension du scénario.
Malgré un découpage plutôt déroutant, on comprend juste ce qu’il faut pour savourer ce nouveau venu de la planète Inio Asano. Décidément à part, l’auteur pourrait désemparer plus que jamais avec cette dernière oeuvre assez complexe.
De quoi inviter à des relectures intenses ouvrant d’autres portes de cet univers qui parfois (et c’est le cas ici) nous échappe.
En bref, Le champ de l’Arc-en-ciel est un manga aussi scotchant que violent. Difficilement appréhendable. Vous n’en ressortirez pas indemne!
E.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :