Etre un caillou de Jeanne Moulin

“Etre un caillou” de Jeanne Moulin

Si vous êtes triste, déprimée et que vous trouvez que votre vie est dure, qu’elle n’a aucun sens, alors, lisez ce livre.
C’est un récit autobiographique d’une rare intensité. Il n’est pas gai. Vous n’allez pas rire, mais vous n’allez pas pleurer non plus. Et surtout vous ne pleurerez plus jamais sur vous-même. Vous auriez trop honte car de toute manière, quelles que soient les conditions de votre vie, elles ne peuvent pas être pires que celles de la vie de Jeanne. Le titre est terrible est donne la dimension du livre.
Je ne raconterai rien de l’histoire de cette vie, mais je peux vous dire que c’est bien écrit et qu’à travers les lignes, on sent toute la souffrance humaine de l’auteur.
Cela confirme mon hypothèse : quand on souffre, on arrive à écrire. C’est une renaissance qu’autorise l’écriture. Et cela relève souvent d’un geste vital. Soit c’est l’écriture, soit c’est un suicide moral ou même physique…
Après cette sorte de thérapie, la personne est née.
Cela explique aussi que Jeanne soit devenue psychologue clinicienne. Qui mieux qu’elle peut écouter la souffrance des autres ? Elle le peut car elle s’est sauvée toute seule. Elle est plus forte que nous, et pour la vie.
Je ne veux pas dire qu’il faut forcément souffrir pour “être”. Pas du tout. Mais la souffrance et surtout la gestion de cette douleur apporte une certaine sagesse, une certaine philosophie qui permet de vivre pleinement.
Je terminerai en disant que pour moi, la personne la plus importante dans une vie est la mère. Elle reste, qu’on le veuille ou non, le référent. D’une façon consciente et inconsciente. La mère, elle-seule, est toute-puissante sur son enfant et en abuse largement, soit de façon positive ou soit de façon négative et désastreuse. Et cela dure toute la vie. Toute sa vie, même au-delà de la mort de la mère… C’est elle qui donne le vie et en même temps la mort…
C’est beau, c’est magique et c’est aussi inquiétant…
Bref, j’ai beaucoup aimé ce livre et le recommande ne serait-ce que pour “voir” une âme se reconstruire…

2 Réponses to “Etre un caillou de Jeanne Moulin”

  1. C. Says:

    Intéressant de puiser la vie dans le deuil de son mal… En l’accouchant sur papier. Sorte de self-psychanalyse. Et malgré tout, on arrive à rester indemne après une telle exp?!

  2. E. Says:

    Quel truc de torturé! Pas facile quand même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :